Autocar : la libéralisation du secteur fait mouche

Actualité du 15 décembre 2015, dans Assurance auto

Autocar : la libéralisation du secteur fait mouche

Cela fait maintenant quatre mois que la réforme de la libéralisation du transport par autocar est entrée en vigueur. Il y a pile deux mois ont également été ouvertes les nouvelles dessertes entre villes distantes de moins de 100 km.

Le premier bilan chiffré qui résulte de ces opérations semble satisfaisant, puisqu’au delà du nombre de passagers transportés depuis 4 mois (500 000), 600 autocars ont assuré des liaisons longue distance en France.

Ils étaient tous couverts par Axa France ou AIG, à l’exception de quelques uns auprès desquels interviennent Allianz, Covéa ou encore Generali, qui semble lui quitter le marché.

Intéressant également, le taux d’arrêt dans les cinq villes les mieux desservies à ce jour, à savoir Paris, Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Lille : 34,3 % (43,3 % en septembre).

Le dernier chiffre communiqué prouve un certain engouement pour l’ouverture de nouvelles dessertes, puisque 70 dossiers ont été déposés auprès de l’Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières).

 

Actualités Assurance auto
Assurance auto : Comment se déroule l'expertise du véhicule ? publié le 18/05/2020 à 08:19

Assurance auto : Comment se déroule l’expertise du véhicule ?

Si vous déclarez un sinistre avec votre (...)

Assurance auto : que faire en cas de retrait du permis ? publié le 8/05/2020 à 09:26

Assurance auto : que faire en cas de retrait du permis ?

Nul automobiliste n’est censé l’ignorer : (...)

Plus de 100 assurances et banques comparées

Partenaire 1
Partenaire 2
Partenaire 3
Partenaire 4
Partenaire 5
Partenaire 6
Partenaire 7
Partenaire 8

Témoignages

"Choisir Malin m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement de mon assurance crédit et de comparer les différentes possibilités, j’en suis très satisfait."
Michel
"J’ai effectué une comparaison d’assurance vie grâce à Choisir Malin. Rapide et simple d’utilisation je n’ai rien à redire."
Bernard