Les jeux vidéos bientôt reconnus comme une maladie addictive ?

Actualité du 7 mars 2018, dans Mutuelle santé

Les jeux vidéos bientôt reconnus comme une maladie addictive ?

Les jeux vidéos poursuivent leur essor avec la reconnaissance progressive du "e-sport", évoqué comme une future discipline olympique. Leur qualité est aussi de plus en plus éprouvée avec un degré de réalisme renforcé grâce au casque de réalité virtuelle. Pourtant, ils continuent à inquiéter un certain nombre de spécialistes quant à l’addiction de la part de nombreux joueurs.

C’est ainsi que l’OMS souhaite inscrire l’addiction aux jeux vidéos comme une maladie à part entière. Une tribune publiée dans le magazine américain Psychology Today précise les dangers de cette dépendance et ses conséquences sur les liens sociaux, le sommeil, et le comportement en général. Les spécialistes soulignent l’influence du mécanisme de récompenses de certains jeux ainsi que leur immersion, qui participent à cette addiction.

L’addiction aux jeux vidéos serait ainsi classée comme un "trouble lié aux comportements addictifs avec plusieurs caractéristiques de la dépendance". Il s’agirait de mieux encadrer les personnes dépendantes et de leur offrir un suivi médical convenable. Nul doute que cela fera débat.

Actualités Mutuelle santé
Huile CBD : les bienfaits constatés publié le 15/05/2020 à 22:31

Huile CBD : les bienfaits constatés

Les huiles au CBD peuvent être considérées (...)

Les Français mangent trop salé publié le 23/04/2020 à 15:40

Les Français mangent trop salé

On le répète tous les jours sur les ondes : "ne (...)

Plus de 100 assurances et banques comparées

Partenaire 1
Partenaire 2
Partenaire 3
Partenaire 4
Partenaire 5
Partenaire 6
Partenaire 7
Partenaire 8

Témoignages

"Très bon comparatif, après l’achat récent de ma voiture j’ai pu obtenir rapidement un devis me présentant les offres d’assurance auto correspondant à mes attentes."
Abygaëlle
"Excellent comparateur. Choisir Malin m’a permis de réaliser des économies sur ma mutuelle et d’obtenir des garanties plus adaptées aux besoins de santé de mes enfants."
Sarah